Forum RPG sur la série Smallville et son univers.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Envie de partager quelques écrits^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lana Lang

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Métier: Fondation Isis & Talon
Relations:
Spécialités/Particularités:

MessageSujet: Envie de partager quelques écrits^^   Dim 14 Aoû - 19:09

J'inaugure la partie x)
J'écris souvent ce qui me passe par la tête, généralement des problèmes personnels ou autre, c'est une façon comme une autre d'affronter certaines choses, pourquoi pas. Mais je n'ai jamais réussi à terminer ce que j'ai commencé, :/ un de mes défauts sans doute, c'est un peu pourquoi je me suis lancée dans les RPG ^^

--> --> ---> ---> --->

- Mademoiselle vous pouvez y aller.
Je me levai du siège inconfortable, du long couloir interminable à la couleur bleue et blanche. La décoration était pauvre et triste, les hôpitaux n’étaient pas vraiment ma tasse de thé mais avant d’aller vivre en Allemagne, j’y passais à peu près tous mes week-ends. Je ne m’étais pas éloignée pour autant, optant pour le téléphone là-bas. Je payais certes, mais cela compensait avec le nombre de visites que je manquais.
- Merci, répondis-je à la jeune infirmière brune.
Elle n’était ni trop grande ni trop petite, mais était de forte corpulence. Sinon elle devait avoir dans les vingt-cinq ans. Elle n’en était pas moins jolie de visage avec sa longue cascade brune qui lui tombait dans le dos.
Je m’avançai vers la petite porte où y était inscrit le numéro 308. Je tapai trois petits coups, histoire de signaler ma venue et j’entrai dans la petite chambre. Comme à son habitude, elle était assise dans son fauteuil vert fade, regardant le petit – vraiment petit – écran plat suspendu au mur blanc. Ses traits étaient tirés, de fatigue et d’ennui cependant. Elle sourit lorsqu’elle m’aperçut.
- Tu es enfin rentrée ! me dit-elle joyeusement, je t’aurais bien enlacée mais ma pauvre fille, j’ai bien peur de ne pas pouvoir marcher.
- Ce n’est pas grave, maman. Ne t’en fais pas. Oui, je suis rentrée hier. La France me manquait. Le mal du pays sans doute.
- Bien bien, me dit-elle, elle marqua une pause puis reprit : Viens donc faire une bise à ta vieille mère.
Je ris de bon cœur, elle ne perdait pas sa bonne humeur malgré les quelques mois qu’elle passait ici. En effet le mal du pays, j’avais rencontré un jeune homme qui m’avait prise pour une andouille, mais à part ça maman, tout va très bien. Je n’avais pas besoin de lui raconter le pourquoi du comment de mon retour en France, je me contentais seulement de lui dire que mon pays natal me manquait tout simplement. Je savais qu’elle n’était pas vraiment convaincue, j’avais toujours aimé voyager et même lorsque j’étais partie aux Etats-Unis pour deux semaines, j’y serais bien restée y vivre finalement. Elle se contenta de me sourire, alors que je m’activais à aller lui faire une bise. Ses cheveux étaient tombés, et elle ne respirait plus correctement. Elle avait souvent besoin d’un masque pour l’y aider. Cela me faisait mal au cœur de la voir dans un tel état physique mais j’étais en admiration par un tel courage qu’elle dégageait. Sa maladie n’était vraiment pas évidente.
- Alors, dis-moi, ce concert à Berlin ? Tu l’as vu ? me demanda-t-elle curieusement.
- Eh bien, pour tout te dire, je n’y suis pas allée… Ne me regarde pas avec tes gros yeux !
Elle ne répondit mot, se contentant de faire la mou tout en prenant la télécommande noire pour baisser le son de la télévision. Je repris la parole, cherchant une explication plausible.
- Je n’y suis pas allée car j’avais des cours à réviser ! Voilà, t’es contente ?
Je croisai les bras tout en regardant à l’extérieur. Je sentais qu’elle ne me croyait pas. Elle ne me connaissait que trop bien.
- Hum…Oui, il est vrai que cela te prend beaucoup de temps, répondit-elle finalement.
Je secouai la tête alors qu’elle prit rapidement la télécommande tout en montant le son de la télévision. Je me retournai instinctivement pour regarder la raison pour laquelle elle avait augmenté le son de l’appareil. J’y reconnus tout de suite mon groupe de musique préféré.
- Ce ne serait pas les Man Down, par hasard ?
Je ne répondis pas tout de suite, regardant seulement l’écran plat. Cela était en effet les Man Down. Je les adorais, chacun d’eux figuraient sur les murs de mon nouvel appartement, surtout en particulier le chanteur Kayden. Je souris tout en me retournant vers ma mère, le visage émerveillé.
- Oui, c’est eux, lui répondis-je simplement tout en continuant d’écouter la chanson qui était diffusée.
Elle me fit un clin d’œil alors que je m’asseyais sur son lit d’hôpital, la tête levée vers le petit écran. La chanson venait de se terminer et ma mère en profita pour baisser le son à son volume de départ.
- Il est toujours aussi beau, pensai-je à voix haute.
Ma mère rit légèrement, avant de poser la télécommande noire sur la table de chevet qui était près d’elle.
- Ma pauvre fille, soupira-t-elle en riant.
- Oh ça va, hein ! lui répondis-je en riant avec elle.
Cela avait toujours été comme ça. Nous nous étions toujours bien entendues toutes les deux. Lorsque je n’étais qu’au collège, je lui racontais mes journées, chaque soir elle avait eu droit à son compte-rendu. Cela fatiguait mon frère et mon père bien entendu. Mais que voulaient-ils ? J’avais continué cette habitude au lycée. Bien entendu, j’évitai les détails trop…risqués.
- Lexi, est-ce que Alex est au courant de ton retour ici ?
- Non pas encore. Je comptais passer le voir après être venue ici, ou alors l’appeler.
Alex était mon frère jumeau, je m’entendais très bien avec lui, et maman savait que notre complicité en avait souffert de ce petit voyage. J’avais effectivement l’intention de l’appeler car même si je l’avais eu un soir sur deux via Skype, ce n’avait pas été la même chose que si nous nous voyions réellement. Nous étions très proches, et d’ailleurs seul lui était au courant de ce qui s’était passé là-bas…
- Très bien. Parce que je crois qu’il a une surprise pour toi en plus…, m’avoua-t-elle.
Je relevai la tête, soudainement intéressée.
- Une surprise ?
Elle secoua la tête. Je savais que lorsqu’elle faisait cela, c’était signe qu’elle n’en dirait pas plus. Je soupirai, haussant les épaules. Je regardai ma montre, autant attendre une heure de plus, de toute façon, quelle surprise pouvait-il cela être ? Je l’ignorais, cherchant.
Trois petits coups brefs se firent entendre à la porte. L’infirmière de tout à l’heure apparut en souriant.
- Je suis désolée de vous déranger, mais je viens vous faire les soins, madame.
Je souris à la jeune femme avant de me retourner vers ma mère.
- De toute façon, je n’allais pas tarder à m’en aller. Bonne soirée, maman !
Je fis la bise à ma mère, m’assurant qu’elle ne manquait de rien avant de me glisser vers la porte de la chambre, je lui jetai un dernier coup d’œil avant de lancer un bref au revoir à la brune.
Je sortis enfin dans le couloir, il était vide comme à son habitude. Alors que je m’apprêtais à me diriger vers l’ascenseur, je sentis quelqu’un me bousculer. Je me retournai, c’était un homme, pas très grand – de ma taille je dirais, il portait des lunettes sombres qui ne permettraient à personne de le reconnaître, et pourtant, cet homme me semblait familier. Il ne se retourna pas et fila rapidement vers l’ascenseur, me laissant seule me remettre de mes émotions. Je pris un ascenseur différent, évitant de le croiser. Comme d’habitude, celui-ci était sale et vide. C’était pourquoi je préférais toujours prendre le deuxième. Une fois sortie, je me dirigeai vers la sortie de l’hôpital, évidemment le côté « urgences » était bondé. Il y avait une jeune femme, se tordant de douleur sur son siège, à en juger par son état, ce devait sans doute être un cas d’appendice. En face d’elle, se tenait une petite fille de sept ou huit ans, cramponnée au jean de son père, des larmes chaudes sur ses joues. Elle n’osait pas poser son pied, sans doute se l’était-elle foulé ? J’activai ma marche afin de sortir d’ici le plus vite possible, je n’avais jamais supporté la vue du sang et encore moins la patience pour les malades. Mais ayant un bon sens, je les respectais. Je vis l’homme aux lunettes sombres conduire sa voiture. Une belle porche, grise et noire. A l’intérieur les sièges semblaient en cuir, de ce que j’avais vu bien sûr. Il ne m’accorda aucun regard alors que je traversais la route rapidement.
Je marchais le long du parking, de là où j’étais je pouvais clairement voir la fenêtre de chambre de ma mère. Je voyais à travers une petite infirmière blonde qui accrochait des poches de perfusion. Ma mère ne marchait toujours pas ce qui inquiétait plus ou moins notre entourage. Nous ne perdions pas espoir et elle non plus. Son kinésithérapeute était de cet avis-là. Il lui faudrait du temps mais elle remarcherait, c’était plus que certain pour lui. J’espérais qu’il ait raison, je partageais son optimisme même si tout le monde me reprochait cela. Je l’étais un peu trop à leur goût. Que voulez-vous ? Je ne puis me refaire maintenant…
Il est un peu tard à presque vingt-trois ans. Je ne pouvais plus changer de caractère, et de toute façon je l’assumais, j’avais un sale caractère, Alex me l’avait répété des centaines de fois et il s’en amusait même parfois. Alex était très différent à moi. Nous étions tous les deux pleins de vie, et seul ça pouvait nous lier entant que jumeaux, même physiquement nous ne nous ressemblions pas vraiment. Il était assez grand, brun aux yeux verts alors que j’étais châtain, pas très grande aux yeux verts aussi. Notre caractère nous opposait aussi, j’avais toujours eu mauvais caractère même si j’étais facile à vivre et lui, ne se souciait jamais de ce qui l’entourait. Il était très naïf, ce que je lui avais reproché maintes et maintes fois.

Je trouvai ma voiture, elle n’était pas très grande, on ne pouvait même pas du tout comparer à celle de l’homme aux lunettes. Lui elle était neuve, brillant et à la pointe de la mode, moi elle était vieille, en bonne état et même si elle n’était pas une des dernières sorties, je n’avais pas à me plaindre non plus, cela aurait pu être pire. Comme celle garée à côté de moi par exemple. J’ouvris la portière, m’installant sur le siège conducteur, puis posai mon sac sur le siège passager. Je mis le contact et commençai à reculer la voiture. Une fois sur la route du retour, je trouvais la voiture bien trop calme, j’allumai donc la radio, montant légèrement le volume de celle-ci. Une musique que je n’aimais pas vraiment passait sur ma station préférée, mais je la laissai, c’était toujours mieux que ce lourd silence qui régnait dans la voiture. Les voitures n’avançaient pas beaucoup, il y avait de nombreux bouchons. Normal, il était presque cinq heures et demi de l’après-midi, le monde du travail débauchait à cette heure-là. A mon grand regret, d’ailleurs… La circulation était vraiment ralentie, à un point mort. Je sortir mon portable de mon sac, aucun appel manqué, aucun message.
Alors Alex allait me faire une surprise. Que cela pouvait-il être ? Je n’en avais pas la moindre idée à vrai dire. Il m’avait offert bien des choses alors cette fois-ci, je me demandais bien ce que cela pouvait-il être.
Une voiture noire passa devant moi. Je n’y prêtais pas d’attention jusqu’à ce que je reconnusse qu’il s’agissait de l’homme qui m’avait bousculée dans le couloir de l’hôpital un peu plus tôt. Je fus surprise de constater qu’il gardait toujours ses lunettes de soleil, il n’y avait pas un rayon de soleil aujourd’hui alors à quoi bon garder ces lunettes sur le nez ? Je ne comprenais pas vraiment l’intérêt, mais soit. Il faisait ce qu’il voulait. Après tout je n’étais pas sa mère et encore moins une connaissance. Ce qui était dommage, car il semblait être bel homme. Il dévia une nouvelle fois sur la gauche, je pus enfin avancer plus facilement. Tout le monde se remit à avancer et nous pûmes rouler quelques mètres à petite vitesse. Mais peu après, la circulation redevint comme tout à l’heure, on ne pouvait plus avancer comme on le voulait.
Je décidai d’appeler mon frère, avant de passer à son appartement je devais m’assurer qu’il serait au moins chez lui. Je recherchais son nom dans mon répertoire, gardant cependant un œil sur la route, même si ça n’avançait pas, rien n’empêchait un accident de vite arriver. J’attendis trois sonneries lorsque j’entendis une voix féminine décrocher.
- Portable de Monsieur Alex, j’écoute ?
Je ris légèrement, amusée. Il s’agissait de Dess, notre petite sœur âgée de seulement quinze ans. Apparemment Alex était de corvée.
- Lexi, c’est toi ? me demanda-t-elle surprise.
- Oui, c’est moi Dess. Tu vas bien ? Euh…Dis-moi, Alex est là ?
- Oui oui, carrément ! Oui notre cher frère est là. Il fait un petit somme mais si tu veux je peux aller le réveiller, aucun problème, tu me connais !
Je ris, je la connaissais que trop bien. Malheureusement pour lui, j’allais le faire réveiller, je savais qu’il allait grogner après notre sœur mais que finalement il se raviserait lorsqu’elle lui ferait les yeux doux.
- Bref, tu veux lui parler ? Tu es toujours en Allemagne ?
- Tout doux ! Une question à la fois, tu veux ?! Je te laisse le réveiller. Je suis de retour, seulement garde-le pour toi, d’accord ? Je veux lui en faire la surprise. Je passerai d’ici trois quarts d’heure, enfin si j’arrive à sortir de ce bouchon sur l’autoroute !
Elle émit un petit rire et poussa un léger cri de joie.
- Oui tu es de retour ! Enfin ! Alex et moi, on commençait à trouver le temps long sans toi tu sais ! Bon c’est d’accord, je ne dirai rien au frérot ! Bisous ma Lexi d’amour que j’aime tant !
- Bisous chou !
Chou avait toujours été son prénom, car d’une part lorsqu’elle était petite elle avait toujours eu une bonne petite tête, et d’autre part, elle adorait les choux. Ce petit surnom ne l’avait pas quitté depuis ses cinq ans. Elle n’aimait pas vraiment que nous l’appelions comme cela, mais c’en était vraiment amusant.
Comme je m’y attendais elle poussa un grognement au téléphone avant de raccrocher ce qui me fit sourire.
Enfin, les voitures devant moi avançaient et je débloquai le frein à main.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Kent
SUPERGIRL

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 13/06/2011
Age : 25

Feuille de personnage
Métier: /
Relations:
Spécialités/Particularités:

MessageSujet: Re: Envie de partager quelques écrits^^   Dim 14 Aoû - 20:15

Belle histoire Lana!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lana Lang

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 17/07/2011

Feuille de personnage
Métier: Fondation Isis & Talon
Relations:
Spécialités/Particularités:

MessageSujet: Re: Envie de partager quelques écrits^^   Dim 21 Aoû - 12:11

Merci Kara ♥

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clark Kent
The Blur/ Futur-Superman

avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 08/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Fermier, sauveur.
Relations:
Spécialités/Particularités:

MessageSujet: Re: Envie de partager quelques écrits^^   Dim 21 Aoû - 13:41

Je confirme, c'est une belle histoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Envie de partager quelques écrits^^   

Revenir en haut Aller en bas
 

Envie de partager quelques écrits^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Smallville Universe :: Smallville-Mania [Zone HRP] :: FanFiction-